Booniett & U-exist : deux sensibilités en une

 

Booniett & U-exist : QuéZako?

 

Cette semaine, retour sur la deuxième capsule de la collection de motifs orthopédiques U-exist axée sur l’univers féminin. Après Laure Pointereau, Audrey et son alter-ego artistique Booniett répondent à deux à notre interview ! Retrouvez les motifs réalisés par l’artiste ci-dessous :

L'artiste Booniett répond aux questions de U-exist pour la nouvelle collaboration de motifs féminins autour de la personnalisation d'appareillages orthopédiques, personnalisation de prothèses, personnalisation d'othèses et de corsets à découvrir sur www.u-exist.com

 

Interview à deux voix de Audrey/Booniett

Audrey et son alter-ego artistie Booniett répondent à deux à notre interview ! Voici donc l’interview à trois voix, celle de U-exist et celles d’Audrey et son alter-ego créatrice.

 

Bonjour Audrey / Booniett. U-exist est très heureuse de pouvoir vous compter parmi les artistes ayant collaboré sur notre collection de motifs de personnalisation de prothèses et orthèses. Vous avez été notre coup de coeur du concours Chall’Angel et U-exist vous a offert l’opportunité d’intégrer une de nos collections. Racontez-nous cette expérience :

Proposition de Booniett pour le concours U-exist et Challengel, la création d'un motif orthopédique féminin.
Propositions de Booniett pour le concours U-exist et Challengel, la création d’un motif orthopédique féminin pour U-exist

[Audrey] Bonjour !

[Booniett] : Bonjouuuuur

[A.] Je te laisse répondre ?

[B.] Pfff elle est trop timide… Mais c’est vrai que c’est moi qui ai vu le concours ! Ça fait 4 ans que nous vous suivons. Nous vous connaissions sous le nom de Custoprothetik à l’époque. Nous recherchions tout ce qui mêlait l’art, l’humain et l’esthétique. Notre participation était O.B.L.I.G.A.T.O.I.R.E.

[A.] Elle était intenable !

[B.] Comment ne pas être enthousiaste de vivre cette expérience stimulante et enrichissante ! Et le thème de la féminité… l’assumer, l’afficher quelque soit son apparence. C’est juste magnifique !

[A.] Pour l’exprimer, nous voulions de la sérénité, de la finesse et de la passion. C’est ce qui nous plait tant dans l’esthétique japonaise.

[B.] Nous voulions quelque chose de caressant, d’hypnotique…

[A.] La carpe est parfaite dans ce rôle avec ses gracieuses ondulations !

[B.] Mais ça manquait de mordant !

[A.] Parce que nous ne sommes pas là pour nous cacher.

[B.] C’est pas moi qui devait répondre ?

[A.] Hum…

[B.] Bref…La couleur rouge est très efficace pour ça. Jusqu’à faire vibrer le bleu de la carpe la rendant presque vivante. Nous voulions que cela donne envie de toucher et d’être touchée. Nous nous sommes bien amusées, c’était très excitant et fort en émotion !!!

[A.] Elle m’a réveillée à 11h du soir pour faire une vidéo de remerciement pour tous ceux qui  nous ont soutenues !

[B.] Alleeeeez… nous avons bien rigolé !

[A.] C’est vrai.

&nsbp;

Nous avons tout de suite vu votre talent au niveau de la création de motifs. Quel est votre parcours artistique ?

[A.] …

[B.] Hep… C’est ta partie !

[A.] Ah oui !… Alors nous débutons dans la vie avec un artiste de Papa et une Maman qui aime la couture, donc c’est assez jeune que nous avons exprimé notre côté artistique.

[B.] Non là tu étais toute seule ma grande. Moi je n’arrive que bien plus tard dans l’histoire.

[A.] C’est vrai bien sûr… J’ai eu ma première expérience DIY vers 8 ans en fabriquant des chaussures avec du carton et un bout de tissus liberty. Je dessinais aussi et c’est à 10 ans que j’ai réalisé une fresque dans ma chambre avec ma première boîte de pastel gras.

L’orientation vers l’art était évidente. Mon parcours collège-lycée à l’étranger m’a ouvert l’esprit sur différentes cultures, l’Allemagne et le Portugal étant assez opposés dans leur mode de vie. Les choses sont devenues sérieuses avec ma première année en Fac d’arts plastiques où j’ai eu une vision plus conceptuelle de l’art. J’ai poursuivi avec une prépa d’arts appliqués et un BTS de communication visuelle à Marseille. Je touchais à tout : dessin, peinture, installation, graphisme, textile, architecture, communication, DAO, Web… J’en ai pris plein les yeux ! Ils nous disaient clairement qu’ici nos défauts deviendraient nos qualités. Le Top !

L'artiste Booniett répond aux questions de U-exist pour la nouvelle collaboration de motifs féminins autour de la personnalisation d'appareillages orthopédiques, personnalisation de prothèses, personnalisation d'othèses et de corsets à découvrir sur www.u-exist.com
Tiens-toi droite !
Photos : Gachwell
Modèle : Caroline Valéry
Maquillage : Leslie Cazal

[B.] Nous y avons rencontré Gachwell notre compagnon, un artiste à la curiosité insatiable. Nous nous complétons bien dans nos délires. Et c’est là que je rentre en scène. Nous avons créé un collectif d’artistes pour expérimenter et jouir d’une émulsion de groupe. Entre autres, nous avons exposé au Centre de Design de Marseille sur le thème des super Héros. Plus intimement, nous avons travaillé sur des projets autour du corps humain. C’est un domaine qui nous attire aussi bien dans sa nudité que dans sa customisation. Des projets naissent comme « Num 1.0 » (art numérique), les cols « tiens-toi droite » (des accessoires) ou encore la création de personnages rafistolés (art toys)… »

[A.] Nous avons également collaboré avec une sage femme pour développer un jeux sur la psychologie, des posters autour de la grossesse…

[B.] C’était super sympa d’illustrer le Kama Sutra de la grosseeeeesse !

[A.] Ça ne m’étonne pas de toi !

[B.] Nous avons rencontré des personnes extraordinaires sur notre parcours. Comme cette jeune fille qui salissait ses manches de chemise avec son fauteuil roulant à Handifashion! ! Tu t’en souviens ?

[A.]  Ouiiiiiii ! Nous avons créé par la suite une collection capsule d’accessoires : les Désinvoltes !

[B.] C’est ça… avec des manchettes en skaï. Nous y avons associé un sac à anse modulable pour les personnes marchantes ou à mobilité réduite et un col à fermeture aimantée pour les personnes à la motricité délicate.

[A.] Pour le shooting, nous avions 3 modèles dont une était paraplégique.

[B.] Nous avions donc mis tout le monde allongé au sol pour prendre la pose.

[A.] Quel souvenir…

 

Pouvez-vous nous expliquer votre lien avec le monde du handicap?

[B.] Lily

[A.] Notre fille tellement exceptionnelle…

[B.] Notre princesse à roulette !

[A.] Elle a une maladie génétique extrêmement rare. Cette pathologie provoque de lourds handicaps moteur et mental.

[B.] Elle nous a propulsé dans ce monde « parallèle ». Nous ne soupçonnions pas l’impact que pouvait avoir le handicap sur une vie…

[A.] Nous avons beaucoup grandi.

[B.] Et beaucoup de frustrations sont arrivées avec ses installations orthopédiques dans notre quotidien. Il nous fallait comprendre les contraintes techniques du métier pour savoir quand et comment agir.

[A.] Puis nous nous sommes intéressées aux défilés handifashion où nous avons rencontrer Charly Valenza.

[B.] Aaaah Charly… Nous avons beaucoup discuté de sa vision du handicap… Cet homme avait la maladie des os de verre, il se battait pour le droit à la mode et à la sexualité pour tous.

[A.] Et puis Mari Katayama que nous avons également rencontré à handifashion. Cette artiste japonaise amputée des jambes qui fait de son corps atypique une oeuvre d’art.

[B.] Autant de personnes rencontrées, tellement différentes, tellement riches humainement. Et puis Chabloz, un orthopédiste qui nous a parlé de U-exist. C’est là que nous avons fait le lien avec Custoprothetik.

L'artiste Booniett répond aux questions de U-exist pour la nouvelle collaboration de motifs féminins autour de la personnalisation d'appareillages orthopédiques, personnalisation de prothèses, personnalisation d'othèses et de corsets à découvrir sur www.u-exist.com
Le fauteuil de Lily, customisée par Booniett avec son motif personnel, sorti chez U-exist pour la collection capsule.

En effet, la première fois que l’on vous a rencontré, vous vouliez adapter un magnifique motif de votre création sur un corset siège. En quoi la personnalisation d’un appareillage orthopédique peut-elle aider ?

[A.] Au début c’était difficile. L’appareillage est déjà contraignant.

[B.] Mais en plus nous étions les otages de ces catalogues de motifs dans lesquels nous n’arrivions pas à nous reconnaître…

[A.]  C’est en nous impliquant dans le processus de fabrication que la satisfaction est venu.

[B.] Parce que les appareillages sont devenus un terrain de jeux ! Il était indispensable qu’ils s’intègrent dans notre environnement pour les accepter au quotidien. Et de prendre du plaisir à le faire.

 

L'artiste Booniett répond aux questions de U-exist pour la nouvelle collaboration de motifs féminins autour de la personnalisation d'appareillages orthopédiques, personnalisation de prothèses, personnalisation d'othèses et de corsets à découvrir sur www.u-exist.com

 

Comment avez-vous créé les motifs Lily ? Quels ont été vos inspirations ?

[B.] Nous apprécions l’esthétique japonaise.

[A.] Et une grande-tante, nous a fait de nombreuses photos de cerisiers en fleur au japon. Nous avons ensuite sélectionner les matières et couleurs disponible chez l’orthopédiste pour décider de la couleur de fond qui accompagnerait les fleurs.

[B.] Nous avons nuancé cette couleur et ajouté quelques éléments graphiques qui apportent encore de la profondeur au visuel. C’était important car selon les supports, le motif peut perdre des détails et l’encre diffuser dans le processus de transfert.

[A.] Ainsi nous obtenons un motif délicat et féminin. Il garde un minimum de contraste et le résultat final est cohérent !

[B.] Attends… nous avons oublié de parler des petits personnages que nous créons pour compléter le motif !

[A.] Comme la petite japonaise avec ses bestioles bleues ?

[B.] C’est ça ! En les utilisant sur d’autres accessoires comme sur un sac pour un fauteuil roulant ou sur les flasques de ces roues. Total look !

 

Après la collection femme qui vient de sortir fin mai, quels thèmes aimeriez-vous travailler avec U-exist?

[A.] Nous pensions d’abord pousser un peu plus loin le motif carpe, le proposer en mode motif répété. Ensuite, nous sommes à la recherche de formes nouvelles, nous nous intéressons aux radiolaires par exemple. Ces êtres microscopiques ont une architecture en dentelle fascinante ! Ils nous ont déjà inspiré les fleurs et le tatouage recouvrant la carpe. Nous avons en vie de …comment dire… de sssensualité… un peu plus sssombre et décalée… de plus de Grrrrr…Vous nous suivez ?

[B.] Wow… Elle est passée où la femme timide là ?

[A.] Je ne sais pas… Il se pourrait que cette expérience lui ait apprise à affirmer… sa féminité.



Share this news

Share Button

Suivez-nous

Recevez notre newsletter

  • Ce champ n'est utilisé qu'à des fins de validation et devrait rester inchangé.